Il faut chasser les idées reçues concernant la gestion locative des petites surfaces. Je vous propose d’en savoir plus sur ce type d’investissement.

Le cas des petites superficies

Plus accessible à l’achat, la petite surface offre un rendement plus élevé au mètre carré. Il est tentant d’investir dans ce type de bien même s’il s’avère plus difficile à trouver.

Néanmoins, il peut aussi être contraignant en termes de gestion locative.

L’exemple du garage ou du parking

Pour un garage ou un parking, l’investissement premier demande une gestion quotidienne réduite. Pas de fuite d’eau, de souci de remplacement de chaudière, de visites, etc.

De plus, le contrat de bail profite d’une plus grande souplesse, si le bien est loué seul.

Aucune réglementation n’est requise et le bien relève du droit commun. Ainsi, les clauses du contrat de bail sont négociées en toute liberté entre bailleur et loueur.

Les forces de la location de parking ou de garage

En matière de rentabilité, il s’agit d’un investissement plus simple pour l’obtention d’un prêt avec un apport moindre. Les impôts fonciers sont réduits pour un montant équivalent à 2 mois de loyer au maximum selon la commune.

En outre, la demande locative d’un garage est un box qui autorise le stockage d’affaires mis à part la voiture ou la moto. Il faut prêter attention à une forte concurrence.

Des start-ups ont initié la location de box de stockage individuels voire de caves pour les particuliers, assortie d’un forfait mensuel.

L’investissement dans un studio à visée locative

Face à une forte demande locative, investir dans un studio favorise la rentabilité. De plus, le ticket d’entrée est intéressant et la fiscalité présente plus d’avantages.

C’est surtout le cas dans les villes étudiantes et universitaires. Le bien acquiert de la valeur au fil du temps avec une plus-value appréciable lors de la revente.

Les limites de la location de studio

La gestion locative d’un studio s’avère plus fastidieuse. En effet, le turn over ou rotation de locataires et plus fréquent.

Les vacances locatives sont nombreuses notamment en saison estivale. Dans ce cas, il est envisageable d’opter pour une location de studio meublé afin de disposer d’une fiscalité avantageuse.

Il faut miser sur la location meublée non professionnelle ou LMNP. Par ailleurs, il est possible d’associer la location étudiante et saisonnière.

En règle générale, les petites surfaces présentent des inconvénients moindres pour un rendement élevé. Retrouvez d’autres conseils immos en lisant ceci.

Crédit Photo : blog.home-design.schmidt & deco.journaldesfemmes.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *