Face à une inflation en hausse, l’investissement locatif peut constituer une option. Je vous aide à cerner le vrai du faux sur cette possibilité.

Les bases de l’inflation

Il convient d’en savoir davantage sur les raisons de l’inflation. Concrètement, il s’agit d’une hausse généralisée des prix.

L’inflation entraîne la perte de valeur de la monnaie et l’érosion du pouvoir d’achat. Le consommateur doit dépenser davantage pour un produit, un service ou un bien.

De nombreux facteurs entrent en lice. Cela concerne notamment la hausse des prix des matières premières, le déséquilibre entre offre et demande.

Selon l’OCDE, l’inflation atteint 7,7% en une année dans les pays membres de l’Organisation.

Les causes de l’inflation

Actuellement, l’inflation est due à la reprise de la consommation des ménages et des activités économiques, suite au Covid-19. Il faut ajouter les coûteux plans de relance et autres soutiens financiers en période de crise sanitaire.

Ainsi, l’afflux de liquidités dans l’économie cause une augmentation rapide de la demande. L’offre s’est avérée insuffisante avec des chaînes d’approvisionnement fortement perturbées.

Les matières premières comme le bois, l’acier ainsi que les énergies à travers le pétrole et le gaz sont impactés. La guerre en Ukraine risque d’aggraver largement la hausse inflationniste.

A propos de l’immobilier

Se tourner vers l’immobilier peut s’avérer salutaire. Le foncier constitue un actif non financier qui attire les investisseurs.

Même si l’immobilier est fiable avec peu de perte de valeur, il convient d’émettre quelques réserves. Il est possible de rencontrer une baisse des prix de l’immobilier.

Quant aux revenus locatifs, les loyers ont enregistré une hausse pour l’heure au niveau des zones urbaines et périurbaines.

Le cas de l’immobilier locatif

A priori, investir dans l’immobilier locatif permet d’acquérir des loyers qui évoluent au gré de l’inflation. En se référant à l’indice de référence des loyers ou IRL, le bailleur peut augmenter le loyer tous les ans.

Toutefois, une crise économique peut également affecter les locataires. Cela touche essentiellement la capacité à régler les loyers voire la candidature aux offres locatives.

Entretemps, l’investisseur doit se charger des mensualités de crédit tout en réglant les taxes de l’immobilier en vigueur. Pour rappel, ces taxes impliquent les revenus du foncier, la taxe foncière et tant d’autres.

Par ailleurs, la hausse du taux de crédit engendre une pression importante sur les prix. Pourtant, la hausse des revenus est beaucoup plus progressive.

Cela peut s’avérer défavorable pour l’investissement via une perte du pouvoir d’achat immobilier. Découvrez plus d’infos ici.  

Crédit Photo : immoz.info & ilbi.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.